Impatience

Bienvenue dans la nouvelle édition du magazine The Window Seat. C’est avec impatience que nous attendions le retour du voyage et il est enfin temps d’explorer le monde à nouveau en profitant de chaque instant.

La vue sur Manhattan depuis le pont de Brooklyn. Crédit : Arthur Brognoli/Unsplash

New York City : votre guide urbain

La Big Apple n'a pas besoin d'être présentée, mais découvrez notre sélection des incontournables de cette ville qui ne dort jamais.

New York est une ville qui regorge de bonnes adresses et d’une dynamique sans égale. Les habitants le savent et les 47 millions de visiteurs par an viennent également pour cela.

Autrefois lieu de résidence de la tribu des Algonquins, les Hollandais et les Anglais s’y sont installés entre le XVIe et le XVIIe siècle. Au moment de la guerre d’Indépendance, la ville était composée majoritairement d’Européens de l’Ouest. Cela est resté le cas jusqu’à la fin du XIXe siècle, lorsqu’un afflux d’immigrants d’Europe du Sud et de l’Est sont parvenus à Ellis Island. Aujourd’hui, la ville est le centre névralgique de divers groupes ethniques, des Européens aux Africains, des Asiatiques aux Sud-Américains. Ne soyez pas surpris d’entendre parler l’espagnol dans la même rue que le swahili et l’ourdou.

La ville longe le New Jersey, Long Island et le nord de l’État de New York. Répartis en cinq arrondissements ; Manhattan, Brooklyn, Queens, Bronx et Staten Island, les New-Yorkais sont très fiers de leur ville et arrondissements.

Que vous y allez pour un city break ou des vacances plus longues, la Grosse Pomme offre de nombreux endroits attrayants à visiter, où manger, boire, danser et se détendre. Prenez-en une grosse bouchée et appréciez la saveur de la ville.

New York

Où se régaler à New York ?

Si vous souhaitez un menu dégustation de 10 plats ou un dîner qui coûte 10 dollars par personne, vous pouvez le trouver à New York. Les célèbres chefs cuisiniers et les restaurants maintes fois reconnus sont présents dans plusieurs quartiers de la ville. Vous trouverez le Per Se de Thomas Keller au Time Warner Center et Le Bernardin d’Eric Ripert sur la 51e rue Ouest.

Dirigez-vous vers le Bronx pour découvrir la cuisine latino-américaine. Harlem est bien connu pour sa cuisine de l’âme. De Uptown à Midtown, vous trouverez une multitude d’options américaines et continentales ainsi qu’un restaurant ethnique étrange. Gramercy et Chelsea proposent des plats copieux. Vous voulez manger dans les restaurants en vogue ? Vous les trouverez probablement dans le West Village. L’East Village propose quant à lui une multitude d’options internationales, du coréen au japonais en passant par l’indien et le mexicain. Les quartiers de Soho et Tribeca ont des restaurants chics en plein air. Des serveurs italiens dynamisent le quartier pour amener les passants à entrer dans leurs établissements de la Petite Italie – dont la frontière semble se rétrécir chaque année. Les habitants de Manhattan se rendent dans le Queens pour déguster une authentique cuisine asiatique. Brooklyn est rapidement devenu le rêve des gourmets, puisque plusieurs chefs renommés ont pris place à Williamsburg, Carroll Gardens et Cobble Hill. Même Staten Island offre plusieurs choix de délicieux restaurants.

Vous cherchez un varenyky et un bigos authentique ? Rendez-vous au restaurant ukrainien Veselka, une institution de l’East Village depuis 1954. Ce grand restaurant est sans doute le plus célèbre restaurant ukrainien au monde. L’espace est clair et propre, avec l’agitation d’un restaurant grec, et le menu est varié et coloré, avec des plats nationaux et étrangers. Les varenyky, alias pierogis, sont préparés sur place et sont servis bouillis ou frits. Ils sont trempés dans une sauce aux pommes sucrées. Le bigos est un ragoût paysan composé de kielbasa, de porc et de choucroute.

Blossom a été l’un des premiers restaurants végétarien à se consacrer à la cuisine new-yorkaise. Le restaurant propose des délices végétariens artistiques, biologiques et casher tels que le tofu au pesto avec du maïs sucré et des pois verts ainsi que le Black Eyed Pea Cake. Le Soy Bacon Cheeseburger vous trompera agréablement. Les ingrédients sont d’origine locale ou proviennent de petits producteurs indépendants.

Tartine, un petit bistro français du West Village, fait sensation dans le quartier. Pourquoi ? Car vous aurez du mal à trouver de meilleurs oeufs bénédictins ailleurs dans la ville. Les œufs sont parfaitement pochés et la sauce hollandaise n’est ni trop visqueuse ni trop forte. Commandez un croque monsieur, une tartine salée ou une bouchée à la reine, un pâté au poulet avec des boulettes et des champignons. Simple, délicieux, français.

Depuis 1998, Cafeteria attire la foule et notamment son gratin new yorkais. Le restaurant haut de gamme ouvert 24/24h est élégant et moderne, avec des chaises en plastique blanc entourant des tables noires dans la salle à manger principale et des poufs en forme d’œuf et des plafonds bleus entourant le salon du bas. La Cafeteria est fière de servir des plats américains réconfortants pour absorber tout l’alcool que vous y boiriez. Le pain de viande savoureux pourrait inspirer des sonnets. C’est bien ça la Cafeteria, un endroit inspirant et réconfortant.

Que faire à New York ?

Nombreux sont les poètes qui se sont inspirés de l’image parfaite de cette vue sur Manhattan. Crédit : Mike C. Valdivia/Unsplash

Avec une multitude de sites à voir, les attractions touristiques de New York vont de l’Empire State Building et du Rockefeller Center au Musée de la bande dessinée et du dessin animé. Et puis il y a également la vie nocturne interminable et sensationnelle. Mais commençons avec les endroits en dehors des sentiers battus.

Chelsea ne dispose que de peu d’espaces pour profiter du plein air. La nouvelle de la création du parc The High Line a été accueillie avec enthousiasme. Inaugurée en juin 2009, la passerelle publique, qui servait autrefois à l’acheminement de lourds trains de marchandises, s’étend sur plus de 10 pâtés de maisons de la rue Gansevoort à la 20ème rue. En 2002, les cabinets d’architecture James Corner Field Operations et Diller Scofidio +RenfroVisitors ont conçu l’espace pour marier l’urbain et le naturel. Les visiteurs peuvent admirer le feuillage indigène et se détendre sur des chaises longues en bois tout en contemplant le fleuve Hudson et la statue de la Liberté. La place de la 10ème avenue, sur la 17ème rue, est un lieu d’exception en matière de design. Faites partie du décor en vous asseyant sur les sièges en forme de gradins, et imprégnez-vous de cette énergie dans ce cadre verdoyant. L’écran de verre vous permet de voir la circulation en dessous, bonus pour les plus téméraires.

Ouvert en 2004, le Rubin Museum of Art, d’une superficie de 21 000 mètres carrés sur trois niveaux, présente des œuvres d’art de l’Himalaya et des régions environnantes. Montez l’escalier en colimaçon fait d’acier et de marbre pour voir les expositions permanentes et temporaires. Le musée abrite plus de 2 000 œuvres allant des bouddhas séculaires aux textiles d’Afghanistan. Des cours sont proposés ainsi que des projections de films, des spectacles de danse et des discussions culturelles. Évadez-vous en toute simplicité.

Fondé en 1894 sous le nom de Société des Beaux-Arts Architectes, l’Institut Van Alen – rebaptisé en l’honneur de William Van Alen qui a conçu le bâtiment Chrysler – célèbre l’architecture sous ses nombreuses formes. L’institut encourage le public à participer à des lectures et des séminaires et à assister à des expositions sur l’architecture, le design et l’aménagement paysager. Le bâtiment The Reading Room abrite les vastes archives de l’institut, qui contiennent des documents axés sur le design.

Après une journée de tourisme, il est temps de faire la fête. La révolution du disco ? Elle a commencé ici. Le hip-hop ? Il a commencé dans le Bronx. Les engouements pour la danse, du Voguing au Break Dance, en passant par l’Uptown Shake, ont amenés sur la piste de danse de New York tous ces styles et des danseurs talentueux pour offrir au public un spectacle inoubliable. Ainsi, on ne peut pas contester la position de New York comme première destination mondiale pour la vie nocturne.

1 OAK, une adresse unique en son genre, reste l’un des clubs les plus branchés de New York. La corde de velours est notoirement difficile à passer, alors habillez-vous bien. Une fois à l’intérieur de ce club prestigieux, vous remarquerez immédiatement son style unique. L’architecte Roy Nachum a créé un espace chaleureux, mais suffisamment chic propice à faire danser ses invités. Un bar en marbre noir domine la pièce principale. Les murs couleur marron chocolat sont recouverts de lettres dorées. L’espace de danse est petit, mais cela n’empêche pas tout le monde d’y affluer une fois qu’ils ont bu quelques verres.

Ouvert en 2009 par les propriétaires de La Petite Abeille, une chaîne de restaurants belges présente dans toute la ville, le Raine’s Law Room accueille des clients bien habillés dans un bar clandestin souterrain. Des sièges molletonnés entourent des échiquiers classiques. Le papier peint érotique de la salle de bains vous séduira facilement. Choisissez parmi une liste de délicieuses créations telles que les Champs-Élysées et la Fille du communiste. Alors que la loi de Raine accueille tout le monde, le salon désapprouve les clients mal habillés.

Ouvert en 2005 par ses partenaires Jason Kosmas, Dushan Zaric, Igor Hadzismajlovic, Bill Gilroy et Henry LaFargue, dont beaucoup étaient barmans à la Pravda, aujourd’hui disparue, sur Lafayette Street, le salon Employees Only est connu pour ses cocktails destinés aux aventuriers dans l’âme. Essayez le rafraîchissant Westside, un mélange de vodka au citron Meyer et de menthe fraîche, ou le Yellow Jacket, presque mortel, à base de tequila, de chartreuse jaune et de St Germain. Le week-end, vous pouvez vous bousculer pour trouver de la place, alors arrivez tôt et présentez vos respects au sympathique portier.

Où dormir à New York ?

Townhouse Inn de Chelsea
Situé dans une maison de ville de cinq étages datant du XIXe siècle, le Townhouse Inn de Chelsea est un établissement familial qui s’adresse aux couples qui souhaitent se détendre et profiter du cadre chaleureux. Des antiquités et des photos de famille décorent les 14 chambres d’hôtes. Les francophiles apprécieront la chambre provinciale française bleue et crème. La chambre des années 1940 propose un voyage dans le temps avec des meubles Heywood-Wakefield et une radio Zénith fonctionnelle. Toutes les chambres sont équipées de salles de bain modernes rénovées et de stores de fenêtre occultants pour optimiser l’intimité et la réduction du bruit.

Crosby Street Hotel
Ouvert fin 2009, cet immeuble de 86 chambres a été la première création des hôtels Firmdale dans le paysage hôtelier new-yorkais. L’hôtel Crosby Street dispose de plusieurs espaces verts : une cour de sculptures, une prairie boisée et un jardin sur le toit. Situé sur ce qui était autrefois un parking, l’hôtel de 86 chambres est contemporain et éclectique. Le rez-de-chaussée comprend une sculpture en acier par Jaume Plensa, un restaurant et un bar, un salon privé et une salle de projection de 99 places. Chacune des chambres et suites modernes est unique, mais toutes disposent de grandes fenêtres, de hauts plafonds et de beaucoup de lumière. Certaines sont décorées dans des tons neutres tandis que d’autres sont ornées d’imprimés floraux roses ou verts colorés.

New York